Home » Méthodes » Live-betting football : les données à prendre en compte pour gagner vos paris en direct

Live-betting football : les données à prendre en compte pour gagner vos paris en direct

 

Les paris en direct ou live-betting représentent désormais presque 50% de l’ensemble des mises. Cependant, le live betting peut s’avérer être encore plus difficile que le pré-match car les possibilités d’erreurs sont nombreuses. La cause d’erreur la plus commune étant de négliger le temps restant à jouer; mais au football, il est nécessaire d’évaluer correctement plusieurs paramètres si on veut gagner de l’argent sur le live betting. Voici les données et facteurs importants à prendre en compte avant de placer un pari en live sur le football.

Les données quantitatives

Il s’agit de données chiffrées, souvent appelées statistiques du match, destinées à quantifier l’évolution d’un match de football en termes de domination d’une équipe sur l’autre. Elles sont disponibles sur la plupart des sites de paris comme Unibet, Winamax ou Zebet…etc. Elles sont fournies par des prestataires comme Opta ou Betradar. Du point de vue du parieur, ces statistiques ne doivent pas forcément être un facteur déclenchant d’une prise de pari. Elles doivent plutôt servir à confirmer un pari qui se profilait.

Les 2 principaux défauts de ces données quantitatives sont le manque de pertinence liée au football et l’inexactitude. A l’inverse de sports comme le basket, les statistiques d’un match de football ne reflètent pas forcément les chances de victoire d’une équipe. Par exemple, une occasion de but immanquable à 2 mètres du but adverse, complètement loupée par un joueur (on se souvient que Brandao était un spécialiste de ces loupés incroyables), sera comptabilisée comme un tir non cadré, de la même manière qu’un tir de 40 mètres qui finit dans les tribunes. Or en termes de probabilité de victoire, la 1ère situation a énormément plus de valeur que la seconde.

 

Tirs cadrés/non cadrés

C’est une donnée intéressante dans le sens où un écart assez important de tirs entre les 2 équipes peut signifier une réelle domination de l’une sur l’autre. Cependant c’est là que l’inexactitude et le manque de fiabilité sont perceptibles. L’opérateur qui relève ces statistiques est très proche du terrain et n’a pas toujours un angle de vue idéale. Donc nous avons constaté plusieurs fois, en nous appuyant sur l’aide des ralentis télévisés, des erreurs dans le fait que le tir soit cadré ou non. En conclusion c’est un indicateur utile surtout quand les statistiques de tirs cadrés/non cadrés sont très déséquilibrées entre les 2 équipes.

La possession de balle

Selon nous, c’est une donnée quasi-inutile voire trompeuse. Tout d’abord, sur un même match, elle peut varier de 5 à 10% suivant les sources, car c’est assez difficile à quantifier. Donc au niveau fiabilité, cet indicateur est très faible. De plus, en supposant qu’il soit parfaitement exact, au football, il arrive assez fréquemment qu’une équipe ayant une supériorité nette dans la possession n’arrive pas à s’imposer. Par exemple, l’Espagne a eu 75% de possession contre la Russie au Mondial 2018, et n’a pu faire que match nul. Donc, la relation entre % de possession et probabilité de victoire est loin d’être établie.

Attaques dangereuses

Là encore, une donnée à prendre avec des pincettes. En effet, il suffit qu’une équipe franchisse avec le ballon, une ligne virtuelle à 35 mètres du but adverse, pour qu’elle soit considérée comme attaque dangereuse. Par exemple, une touche obtenue près du poteau de corner, rentre dans ce critère. Mais en termes de dangerosité, cette action est quasi-nulle. Elle aura pourtant la même valeur statistique qu’une action avec un attaquant libre de tout marquage, manquant de quelques centimètres un très beau centre. Par contre, c’est un indicateur dont on peut tenir compte si une équipe a nettement plus d’attaques dangereuses que l’autre. Cela peut signifier une réelle supériorité sur le terrain.

PMU est le bookmaker N°1 pour le live betting.  PMU rembourse votre 1er pari s’il est perdant, jusqu’à 100€!

Je profite du bonus PMU 100€

Les données qualitatives

 

Par qualitatives, on entend des données extrêmement difficiles à quantifier. Par exemple comment déterminer la dangerosité réelle d’une occasion de but? C’est très difficile! Seul l’oeil avisé d’un expert est à l’heure actuelle capable d’évaluer ce facteur. Et encore, le fera-t-il de manière assez empirique et approximative. Cependant, déterminer la dangerosité des occasions de but le plus correctement possible, est la clé du succès dans le live betting. Elle impacte de manière significative les probabilités de victoires de chaque équipe et les probabilités d’over/under. Notre méthodologie est de classifier chaque action de but en fonction de sa dangerosité.

Action très dangereuse

Les actions très dangereuses (ATD) débouchent sur des situations où on peut estimer que dans plus de 50% de cas semblables, il y aurait but. Par exemple, 80% des penaltys environ aboutissent à un but. On en déduit qu’un pénalty est une action à 80% de chances de buts. Voici quelques exemples d’actions très dangereuses:

  • Tir sur le poteau, alors que le gardien était nettement battu.
  • Face à face entre un attaquant et un gardien.
  • Tête d’un attaquant situé à moins de 6 mètres du but, libre de tout marquage.
  • Pénalty manqué.
  • Incroyable loupé d’un joueur qui n’a qu’à pousser le ballon pour marquer dans la cage grande ouverte. Voir vidéo ci dessous.

Clairement une action très dangereuse a un impact fort sur la probabilité de victoire d’une équipe. Si celle-ci a 2 ou 3 ATD et que son adversaire n’en a pas, parier en live sur la victoire de cette équipe est une très bonne option.

De même, si chacune des 2 équipes a eu 1 ou plusieurs ATD, alors il est judicieux de s’orienter vers les paris du type over 1.5 ou over 2.5 . Cela signifie que le match est très ouvert, et en fonction du temps restant que le parieur doit prendre en compte, des buts sont à prévoir dans ce genre de match.

Actions dangereuses

Ce genre d’occasion de buts aboutissent a des actions dont la dangerosité est moins forte qu’une ATD. Cependant en cas de situations favorables ou de talent exceptionnel d’un joueur il y aurait pu y avoir but. L’exemple typique d’une action dangereuse est un tir cadré d’un attaquant situé dans la surface de réparation, sous une légère pression d’un défenseur, bien sauvé par le gardien. Un joueur exceptionnel aurait pu scorer dans cette situation, ou le tir aurait pu être dévié par un défenseur. Ceci explique qu’il y a tout de même un dangerosité de but dans ce cas. Quelques exemples d’actions dangereuses:

  • Tête cadrée d’un joueur situé au point de pénalty, libre de tout marquage.
  • Contre attaque éclaire à 3 attaquants contre 2 défenseurs qui n’aboutit pas.
  • But refusé pour un hors-jeu, mais dont la décision de l’arbitre est litigieuse. Il aurait très bien pu être validé, sans que ce soit un scandale.
  • Tacle très difficile d’un défenseur, dans la surface, alors que l’attaquant se présentait en face à face contre le gardien.

Ce type d’action a moins d’impact sur les probabilités de victoire qu’ une ATD. Cependant, l’accumulation d’actions dangereuses en faveur d’une seule équipe invite à parier sur sa victoire. De même, si les 2 équipes multiplient les actions dangereuses, alors l’option pari sur un over devient intéressante.

Actions faiblement dangereuses

En termes de dangerosité de but, il faut baisser d’un cran par rapport aux actions dangereuses. Le cas classique d’une action faiblement dangereuse (AFD) est un tir cadré facilement arrêté par le gardien. Le genre de tir qu’un gardien de but professionnel est censé arrêter sans difficultés. En termes de % de chances de voir un but inscrit dans ce genre de situations, une AFD doit être inférieure à 20%. Voici quelques exemples d’AFD:

  • Tir d’un attaquant pas loin du cadre, mais le gardien n’était pas battu.
  • Coup-franc très bien placé à quelques mètres de la surface de réparation qui fini dans le mur.
  • Un attaquant qui choisi d’aller seul au but et échoue, alors qu’il avait une passe facile à faire à un partenaire complètement démarqué.
  • Tête loin du cadre d’un joueur libre de marquage, situé au point de pénalty.

Il y a une multitude de situations possibles pour les AFD. Toujours est-il que cet indicateur, bien que nettement moins important que les ATD, est utile pour déterminer le rythme du match. Par exemple, s’il n’ y a que quelques AFD, très peu d’AD et aucune ATD, alors clairement on est dans le cas d’un match fermé. Dans ces conditions, il est préférable de s’orienter vers un pari du type under 1.5 buts . A l’opposé, s’il y a beaucoup d’AFD et quelques AD alors l’option over est à envisager.

Le déroulement du match

 

Il y a des événements ou des faits de jeu qui peuvent influer sur l’issue d’un match. Le parieur en live doit absolument tenir compte de ces faits de jeu qui auront un impact sur les cotes. Par exemple il envisageait de parier sur la victoire d’une équipe, mais son meilleur joueur vient de se blesser. Le plus sage dans ces conditions est de s’abstenir de miser ou tout du moins d’attendre de voir comment réagit cette équipe à ce fait de jeu pénalisant. Voici quelques faits de jeu que le parieur live doit prendre en compte.

Joueurs blessés / remplacements

Les remplacements sont fréquents au football et n’ont pas tous un impact sur les cotes. Cependant, dans plusieurs cas les remplacements peuvent être une indication sur un éventuel pari en live, à condition de bien les interpréter:

  • Un joueur est blessé relativement tôt dans le match. Cela est assez pénalisant pour une équipe surtout si c’est un titulaire régulier. Ca peut signifier qu’un joueur moins performant va prendre sa place, mais également que cette équipe risque de souffrir en fin de match car concrètement car elle n’aura que 2 remplacements utiles.
  • Un nouveau schéma tactique. Si l’entraineur est satisfait du score, il peut vouloir densifier son milieu et sa défense. Dans ce cas, il vaut mieux s’orienter vers un under. Par contre si le coach est mené au score et souhaite égaliser, il peut faire rentrer des offensifs supplémentaires. Le jeu devenant nettement plus ouvert, l’option de miser sur un over est à prendre en considération.

Les cartons

Un carton rouge a évidemment un impact énorme sur l’issue d’un match. Mais généralement les bookmakers analysent correctement ce fait de jeu, en ajustant les cotes assez rapidement. Il n’est pas facile d’interpréter correctement les conséquences d’un carton rouge. Parfois cela booste une équipe avec un surplus de cohésion et parfois cela l’anéanti. Bien souvent, il est préférable de s’abstenir de parier quand il y a expulsion, tellement cela perturbe le match.

Les cartons jaunes ont aussi une incidence sur le match, même si celle-ci est nettement moins importante que celle des cartons rouges. En effet, un défenseur ayant déjà un carton jaune défend généralement moins bien. Si plusieurs joueurs défensifs ont eu des cartons jaunes cela peut impacter le niveau défensif général de l’équipe. Donc sans être un facteur déterminant, le nombre de cartons jaunes peut influencer, à la marge, l’issue d’une rencontre.

Conclusion

En recoupant toutes ces données et en hiérarchisant bien leurs importances, le parieur en live obtiendra des profits. Certes, le niveau de complexité du live betting est supérieur au pré-match, mais cette méthodologie précise a fait ses preuves en matière de profitabilité. Il faut aussi garder à l’esprit un facteur déterminant : le temps restant à jouer. Avec un peu d’expérience, et une application rigoureuse de cette méthode, vous pouvez devenir un parieur profitable sur le live betting.

Voir aussi

Comment obtenir des profits avec le pari score exact 1-1

La stratégie du 1-1 au football, consiste à placer astucieusement et sous certaines conditions des ...